NAVIGATION
. . . . . . . . . . . . . . . .

SAGA, Société des Amateurs de Généalogie de l'Ardèche
Plan du site
En résumé

> Origines ardéchoises
Nouvelles et informations pratiques
Numérisations
Registres généalogiques

> Année 2003
Année 2005

Jouer aux machines à sous et à la roulette
Année 2004
Année 2002

> Numéro 25 de mars 2003
Numéro 26 de juin 2003
Numéro 27 de septembre 2003

Générique
Le lundi 23 février 2004.
Auprès de mon arbre

De nos jours,il est de bon ton que toutes les sciences, toutes les disciplines, toutes les théories s'approprient peu ou prou la généalogie. On voit fleurir, ici et là, des études nouvelles autant qu'originales sur la psychogénéalogie, la biogénéalogie, la morphogénéalogie, la pathogénéalogie, l'astrogénéalogie, etc. Toutes ces recherches tendent à associer notre comportement, nos ressources physiques, notre physionomie, nos maladies et même notre devenir astral à l'influence non seulement de nos géniteurs mais aussi de notre ascendance.

Un de ces quatre, un illuminé va bien nous présenter une nouvelle thèse novatrice, genre la politicogénéalogie, qui permettra de voir le suivi familial dans le parcours de nos hommes politiques. A ce train, ne risque-t-on pas de sombrer bientôt par excès dans la maniacogénéalogie ? Nous savons l'importance du rôle de nos gènes dans les manifestations humaines, mais de là à vouloir tout rattacher à nos chromosomes, il y a peut-être un grand pas que certains n'hésitent pourtant pas allègrement à franchir. A terme, la gêne va finir par sourdre de nos propres gènes. Faut-il que le monde soit si nostalgique de ses racines pour qu'il veuille tout lui rapporter.

Parmi toutes les joyeuses théories qui fleurissent : la caractérogénéalogie, c'est à dire la transmission héréditaire des traits de caractère à travers les âges. Ou comment la tendresse légendaire de votre grand-mère ou l'insupportable caractère de votre quadrisaïeul ont pu parvenir jusqu'à vous. A cet égard les dictons divergent. Certains prétendent que les chiens ne font pas des chats, que lignées de capons se perpétuent, que les mauvaises engeances ont la peau dure, que tel père, tel fils…Bref, que les caractéristiques d'une lignée se retrouvent immanquablement dans leurs descendants. D'autres, en revanche, affirment qu'à père avare, fils prodigue, que les fils de criminels n'en sont pas nécessairement, qu'à des pères féroces, succèdent des fils angéliques, à des matrones acariâtres, des filles débonnaires et à des débauchés, des modèles de vertu. Dans cette perspective, les qualités ou les tares caractéristiques d'une branche n'apparaissent pas systématiquement dans leur filiation.

Il est vrai que la question mérite réflexion. Dans certains cas, la première hypothèse domine. On voit en effet souvent d'infernaux autant que crétins rejetons affublés de parents débiles.

Mais il est non moins évident de rencontrer des enfants intelligents autant que surdoués issus de milieux intellectuellement très modestes. S'il est patent que des musiciens virtuoses naissent plus volontiers dans une atmosphère parentale musicale, il n'en reste pas moins que des enfants d'humbles familles soient devenus d'authentiques génies. Bien sûr, les adeptes de la théorie pourront toujours rétorquer que les qualités, les dons, les aptitudes, volant au dessus des générations, peuvent atterrir aux instants propices que la nature a décidés. Ainsi, la bosse des maths de votre petit dernier ne serait que la résurgence probable de votre Sosa 4010 qui fut, sans que vous le sachiez, sous assistant du Surintendant des Finances sous Louis XIII et les errements sentimentaux de votre petit cousin, le rappel de la vie aventureuse d'un vieil ancêtre libertin ou le pâle reflet de quelque célébrissime courtisane qui, jadis, fit le bonheur de l'alcôve d'un ancien monarque.

On voit, le sujet est vaste et restera sans doute longtemps inépuisé d'autant que la confrontation comparative avec nos ancêtres lointains est souvent très hypothétique. Si nous possédons parfois quelques traits de caractère de nos très proches ancêtres - il est fréquent de rappeler l'irascibilité de la tante Constance qui maniait en experte son parapluie, la sévérité légendaire du grand-oncle paternel qui ne tolérait aucune incartade, l'honnêteté scrupuleuse de la maman ou encore l'impertinence notoire du trisaïeul qui n'hésita pas à flanquer deux gendarmes dans la rivière -nous n'avons que peu d'éléments sur des personnages plus éloignés. Sauf à de rares exceptions, où, en des circonstances exceptionnelles, le passé nous éclaire chichement sur les traits de caractère de nos anciens.

Certes, quelques renseignements nous permettent d'imaginer le courage de l'aïeule frémissante, gravissant les marches de l'échafaud, la ténacité du malheureux galérien tirant obstinément sur sa rame, l'impétuosité du capitaine dont on nous dit qui tint tête à un escadron ennemi ou l'héroïsme du non moins valeureux capitaine qui, impavide, sombra avec son bâtiment, mais, hormis quelques évènements liés à l'Histoire, la simple généalogie ne nous en apprend guère sur le caractère exact de ces individus qui on fait notre Histoire.



DES MEMES AUTEURS...

Jean-Marie Codoul
  Editorial
  Sommaire (13)
  Sommaire (16)
  Sommaire (14)
  Editorial (24)

DANS LA MEME RUBRIQUE...

Sommaire

Site web hébergé par geneanet.com